Si vous cherchez un endroit pour acheter du vin québécois dans la région de Sherbrooke, il y a de fortes chances que vous trouviez votre bonheur dans une succursale Bières dépôt Au Vent du Nord!

Possédant déjà deux points de vente, cette épicerie spécialisée ouvrira deux succursales supplémentaires dans la région de Sherbrooke en 2022, en même temps qu’elle célèbre son vingtième anniversaire.

Bien que la bière occupe une bonne partie des tablettes, Au Vent du Nord offre une place de plus en plus grande aux vins québécois. Nous en avons discuté avec Émile Cardinal-Bernier, copropriétaire de l’entreprise.

Depuis quand votre entreprise s’intéresse-t-elle aux vins du Québec ?

Lorsque le projet de loi 88 – qui permet la vente de vin québécois en épicerie – a été adopté [en 2015], nous étions à bord ! Depuis, nous avons élargi notre sélection et nous offrons une cinquantaine de vins québécois. C’est un secteur en pleine expansion. Nous avons vraiment tout maintenant.

Comment présentez-vous les vins du Québec à des clients inconnus ?

Personnellement, comme j’ai une formation de sommelier, j’essaie de savoir ce que boivent les clients des régions plus traditionnelles. Selon leur réponse, je suis en mesure de trouver des équivalents québécois qui leur rappelleront le pinot noir, le sauvignon, etc. Ce sont des références que les clients aiment avoir.

Souvent, les gens sont très ouverts à la découverte et veulent juste un vin qui accompagne leur repas. La formule « accord mets et vins » fonctionne toujours très bien.

La pandémie a un grand impact pour nous. Nous n’avons jamais vendu autant de vins québécois qu’au cours des six premiers mois de 2020. Depuis, plusieurs personnes ont pris l’habitude d’acheter du Québec et ont découvert que le vin québécois est bon! Il y a toujours un travail pédagogique à faire, mais la curiosité et la clientèle sont là.

Peut-on établir un profil commun pour les vins québécois ?

De moins en moins. Il y a cinq ou six ans, les produits québécois étaient souvent comparés à des vins plus frais, à la manière du Beaujolais. C’est toujours vrai, mais de moins en moins.

Les producteurs vont chercher d’autres palettes de saveurs complètement différentes, en allant dans le vin nature par exemple, ou en privilégiant les aménagements qui donnent plus de maturité au vin. On s’écarte tranquillement de la palette de rouges légers qui caractérisait les vins québécois.

Les vins du Québec, c’est une très large gamme de produits ! Goûtez-y!

Partagez cet article

Catégories

Derniers articles

Artisan du TerroirDavid Guertin et ses précieux collaborateurs
La Boîte à Vin - Propriétaire devant une étagère de vinDans les allées de La Boîte à Vins