Vins du Québec | Logo noir et blanc de la certification IGP

Une authenticité à célébrer!

Saviez-vous que le Québec possède sa propre Indication géographique protégée (IGP) pour authentifier ses vins? Les vignerons qui commercialisent leurs vins sous l’appellation IGP Vin du Québec doivent se conformer à un cahier des charges strict. Ce cahier prévoit, entre autres, que les raisins doivent provenir de l’aire géographique protégée – d’où l’IGP!

L’IGP VIN DU QUÉBEC, un contrôle de qualité du champ à la bouteille

Reconnue en 2018 par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), l’IGP assure la traçabilité et la qualité du vin. Les produits sont vérifiés à toutes les étapes d’élaboration, de la culture du raisin à la mise en bouteille.

Carte de Vins du Québec

LA ZONE GÉOGRAPHIQUE IGP VIN DU QUÉBEC

Un vin d’Indication géographique protégée Vin du Québec doit être produit à 100 % de raisins du Québec, plus précisément à l’intérieur de la zone géographique IGP. Celle-ci est délimitée par la chaîne de montagnes des Laurentides au nord, par la frontière longeant les États-Unis au sud, par l’Ontario à l’ouest et par les Appalaches à l’est.

Pour être admissible, la région où sont cultivées les vignes doit bénéficier d’un minimum de 900 degrés-jours. La mesure des degrés-jours est utilisée pour calculer la quantité de chaleur disponible durant la saison de croissance de la vigne.

Zoom sur chacune des étapes de production de ces vins qui goûtent notre terroir – des vins authentiquement québécois!

Étape 1 :
la culture du raisin

L’appellation IGP Vin du Québec est la seule certification canadienne où on exerce un contrôle jusque dans le champ. En effet, un vin d’IGP Vin du Québec doit être produit à 100 % de raisins provenant de la zone géographique IGP et de n’importe quel cépage hybride, comme le frontenac noir, le vidal ou le st-pépin; ou vitis vinifera, comme le gamay ou le chardonnay, pour ne nommer que ceux-là.

Étape 2 :
la vinification

Le cahier des charges encadre certaines étapes cruciales liées à la vinification, afin d’assurer que le vin est produit dans le respect des meilleures normes vinicoles existantes.

Ces règles, essentielles à la qualité du vin, posent des seuils minimaux à respecter, par exemple au sujet de la maturité du raisin avant sa vendange ou des techniques utilisées pour ajuster le degré d’alcool. De plus, le produit IGP Vin du Québec doit impérativement être vinifié au vignoble.

Étape 3 :
l’embouteillage et l’étiquetage

Tout comme la vinification, l’embouteillage et l’étiquetage des vins doivent être faits au vignoble pour assurer la traçabilité et être conformes à l’appellation IGP. Les étiquettes des vins IGP doivent obligatoirement contenir certaines informations. On doit notamment y lire le nom de l’appellation réservée « Vin du Québec » et le terme « Indication géographique protégée ».

Étape 4 :
l’analyse du produit

Une fois le vin vinifié et embouteillé, la dernière étape à franchir est son analyse. Cette opération est réalisée par un laboratoire indépendant. Le laboratoire analysera le taux d’alcool, le pH, l’acidité totale et volatile, ainsi que le sucre résiduel du vin.

Le vin fera également l’objet d’une évaluation organoleptique par un comité d’agrément, composé de dégustateurs experts qui s’assurent que le vin est exempt de défauts. Le but ultime de cette étape : éliminer les vins qui ne devraient normalement pas se retrouver entre les mains des consommateurs parce qu’ils ne correspondent pas aux standards de qualité requis.

Étape 5 :
la certification IGP

L’IGP Vin du Québec est attribuée au vin et non au vignoble. Chaque vin doit passer par le processus de certification, et ce, annuellement, millésime après millésime. Le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) est l’organisme institué par le gouvernement pour assurer l’application sur le territoire québécois de la Loi sur les appellations réservées et les termes valorisants. Une des missions du CARTV est d’accréditer l’organisme de certification responsable de l’IGP Vin du Québec, Ecocert Canada, qui, lui, s’assure que les vignerons suivent bien le cahier des charges. Cette double vérification bénéficie au consommateur en lui offrant une garantie de l’application rigoureuse des normes en vigueur.

Une certification qui goûte aussi bon… on serait fou de s’en passer!

Finalement, pourquoi choisir un vin IGP?

Parce que l’Indication géographique protégée donne l’assurance aux consommateurs que les vins certifiés sont issus à 100% de raisins québécois, mais aussi qu’ils sont exempts de défauts. La traçabilité et la qualité sont ainsi réunies dans la bouteille.

IGP VIN DE GLACE DU QUÉBEC

Le Québec a aussi sa propre IGP pour le Vin de glace! Une IGP reconnue en 2014 pour désigner un vin élaboré exclusivement à partir de raisins cultivés à l’intérieur d’une aire géographique circonscrite, naturellement gelés sur la vigne et cueillis à la main.

Les conditions climatiques hivernales québécoises sont idéales pour la production de vin de glace. Le froid, le vent, la faible humidité de l’air et le cycle de gel et dégel causent la déshydratation naturelle du raisin et permettent l’évaporation de l’eau du fruit, ce qui entraîne une concentration de ses sucres. C’est ce qui confère au vin de glace son goût et ses arômes caractéristiques.

De plus, les raisins cultivés en territoire québécois sont caractérisés par une acidité soutenue, associée elle aussi au climat. Résultat : un vin de glace 100 % unique, à la fraîcheur et à l’équilibre distinctifs.

Carte du territoire